News Of Madonna

Discours et interview Billboard en français

Rédigé le Mardi 13 Décembre 2016 à 09:45 | Lu 3781 fois


Madonna a été élue Femme de l'année par le très influant Billboard Magazine. Le discours poignant qu'elle a prononcé lors de la remise du prix est salué par tous... Retour en français sur le discours et l'interview Billboard


Le discours inspirant de Woman in Music

« Je me tiens devant vous comme un paillasson… heu je veux dire comme une artiste féminine.
Je vous remercie d'avoir reconnu ma capacité à poursuivre ma carrière pendant 34 ans face à un sexisme flagrant, à la misogynie, à l'intimidation constante et aux abus incessants. »
Elle nous a ramené à sa vie d’adolescente, quand elle a emménagé pour la première fois à New York.
«Partout les gens mouraient de SIDA. C’était dangereux d'être gay, ce n'était pas cool d'être associé à la communauté gay. C'était en 1979 et New York était un endroit très effrayant. La première année, j'ai été retenu sous la menace d'une arme, violée sur un toit avec un couteau sur la gorge et je me suis fait cambrioler mon appartement tellement de fois que je ne prenais même plus la peine de verrouiller ma porte. Sida, drogues, coups de feu… dans les années qui ont suivies, j'ai perdu presque tous les amis que j'avais. Tous ces événements ont fait de moi cette femme audacieuse qui se tient devant vous mais m'ont aussi rappelé à quel point j'étais vulnérable »
Madonna a également parlé d'une leçon qu'elle pensait avoir apprise de David Bowie ... mais qui s’est avérée, ne pas s’appliquer à elle.
"J'étais bien sûr inspirée par Debbie Harry et Chrissie Hynde et Aretha Franklin, mais ma vraie muse était David Bowie, il incarnait l'esprit masculin et féminin dans un même corps et cela me convenait très bien. Je me suis alors dit qu'il n'y avait pas de règles. Mais j'avais tort Il n'y a pas de règles si vous êtes un homme, il y a des règles si vous êtes une femme ».
«Quand vous êtes une femme, vous devez jouer le jeu. Vous êtes autorisées à être jolie et mignonne et sexy. Mais ne soyez pas trop maligne. N’ayez pas une opinion tranchée hors des sentiers battus.  Vous êtes autorisée à être un objet pour les hommes et à vous habiller comme une salope, mais malheur à vous si vous le faites de façon consciente, cette partie de vous ne vous appartient pas. Et surtout, je le répète surtout, ne partagez pas vos propres fantasmes sexuels avec les autres. Soyez ce que les hommes veulent que vous soyez, mais plus important encore, faites en sorte que les autres femmes se sentent à l'aise avec vous quand vous êtes entourés d’autres hommes. Pour finir, ne vieillissez pas ! Parce que l'âge est un péché. Vous serez critiqué et vilipendé et on ne jouera plus jamais vos chansons à la radio. 
Quand j’ai commencé à être célèbre, il y avait des photos de moi nue, dans les magazines Playboy et Penthouse. Des photos qui ont été prises dans une école d’art dans laquelle je posais pour me faire un peu d’argent. Elles n’étaient pas très sexy… »

Madonna est également revenue sur un moment dans sa vie où elle se sentait «comme la personne la plus détestée de la planète».
«Finalement, on m'a laissée tranquille parce que je me suis mariée avec Sean Penn, je n'étais plus sur le marché. Pour un moment je n'étais plus considéré comme une menace. Des années plus tard, divorcée et célibataire – désolée Sean - J'ai fait mon album Erotica et mon livre SEX a été publié. Je me souviens avoir fait les titres de tous les journaux et magazines. Tout ce que j'ai lu sur moi-même était effarant. On m’a traité de putain, de sorcière. Un journal m'a comparé à Satan J'ai dit: «Attendez, Prince ne court-t-il pas avec des bas résilles, des talons hauts et du rouge à lèvres avec son postérieur tendu? Si… mais c'était un homme.  "C'était la première fois que je comprenais vraiment que les femmes n'ont pas la même liberté que les hommes".
"Au milieu de ce lynchage public je me souviens avoir cherché le soutien d’une femme. Camille Paglia, la célèbre écrivain féministe, a dit que je rétrogradais l’image des femmes en me relayant à un objet sexuel. J’ai pensé  'ok, alors si vous êtes féministe, vous n'avez pas de sexualité, vous la niez.' Alors, j'ai dit 'merde, je suis un autre genre de féministe, je suis une mauvaise féministe' ".
 
Madonna est également revenue sur les nombreuses  icônes pop disparues au cours de la dernière décennie.
"Je pense que la chose la plus controversée que j'ai jamais faite est d’être toujours là. Michael est parti, Tupac est parti, Prince est parti, Whitney est partie, Amy Winehouse est partie, David Bowie est parti. Je suis une chanceuse et chaque jour je suis reconnaissante."
 
Pour conclure son discours, Madonna a offert ses remerciements à ses détracteurs et à donné des conseils aux autres femmes dans la musique.
"Ce que je voudrais dire à toutes les femmes ici aujourd'hui est ceci: Les femmes ont été si opprimées pendant si longtemps qu'elles croient ce que les hommes disent d’elles. Elles pensent qu'elles doivent avoir le soutien d’un homme pour que le travail soit bien fait. Certains hommes sont de très bons soutiens, mais pas parce que ce sont des hommes - parce qu'ils sont compétents. En tant que Femmes, nous devons commencer à apprécier notre propre valeur et la valeur de nos consœurs. Cherchez autour de vous des femmes fortes avec qui vous  pourriez devenir amies, auprès de qui vous pourriez apprendre, avec qui vous pourriez collaborer, vous inspirer, soutenir et vous mettre en lumière ».
 
"L’important ce n'est pas tant de recevoir ce prix que d’avoir l'occasion de me présenter devant vous et de vous dire merci", a déclaré Madonna. «Non seulement à tous les gens qui m'ont aimé et m'ont soutenue pendant tout ce temps, vous n'avez aucune idée ... vous n'avez aucune idée de ce que ce soutien signifie pour moi…Mais aussi a tous les sceptiques et les négationnistes et tous ceux qui m'ont fait vivre l'enfer, ceux qui m’ont dit que je ne pouvais pas, que je ne ferais pas ou que je ne devais pas - votre résistance m'a rendu plus forte, m'a poussé à aller plus loin, vous avez fait de moi la combattante que je suis aujourd'hui,  la femme que je suis aujourd'hui, alors merci. »

Lady Gaga sur Twitter : "Merci Madonna, ce discours aux Billboard était très inspirant. Tu es si courageuse et forte. Merci d'être ça pour nous les filles, nous en avons besoin..."

L'interview Billboard Magazine

Madonna interviewée par Elisabeth Banks, qui a partagé l’affiche de « A la dérive »avec elle. Elle précise :  « Je voulais juste un instantané de Madonna en ce moment, parce qu'elle est une femme qui vit dans le présent et ne regarde jamais en arrière. »
 
Où êtes-vous aujourd'hui?
Je suis à New York, j’essaye d'organiser ma vente d'art aux enchères au profit de Raising Malawi au Art Basel à Miami. Ça veut dire traiter avec des artistes et des personnes capricieuses.
 
Combien d'artistes représenterez-vous ?
Il y aura probablement 12 œuvres d'art étonnantes. Je voulais rester dans le cercle des artistes que je collectionne moi-même ou avec qui je suis amie ou d'art de ma propre collection. À l'origine, il s'agissait juste d'art, mais maintenant ce sont aussi des expériences, alors j'essaie de les rendre aussi intéressantes que possible. Par exemple, on proposera un voyage avec moi au Malawi, pays d’où viennent mon fils et ma fille adoptifs [David Banda et Mercy James]. Un autre lot consistera en une partie de poker avec Jonah Hill et Ed Norton, et un autre de séjourner dans  la maison de Leonardo DiCaprio à Palm Springs pour une semaine. Je ne pensais pas que ça allait être aussi compliqué que ça, mais, oh bien, c'est la vie. C'est compliqué parce que je suis impliqué dans tout: l'éclairage, les rideaux, les fleurs, le décor, la nourriture. J'ai goûté trop de mauvaises bouteilles de vin. Cette vente aux enchères est une extension de moi, donc je veux que tout soit beau, de bon goût et bien organisé. C’est épuisant parce que j'ai besoin d'être impliqué dans tous les aspects: les gens qui parlent, les vêtements que les gens portent, la musique sur la playlist.
 
Y aura-t-il jamais un moment où vous lâcherez ce contrôle, ou est-ce que vous vous dites  "je dois?"
Je dois.
 
D'où cela vient-il?
Évidemment, on pourrait dire que ça à voir avec mon enfance, si vous allez me psychanalyser: ma mère qui se meurt et on ne me le dit pas,  un sentiment de perte, de trahison et de surprise. Et puis l’impression de ne rien contrôler pendant la majorité de mon enfance, et devenir un artiste et dire que je vais tout contrôler. Personne ne parlera pour moi, personne ne prendra des décisions pour moi. Vous pourriez dire que je suis une malade du contrôle. C'est ce que tout le monde aime à dire. Je ne veux pas d'un événement dont je ne suis pas fière. C'est comme tout ce que je fais. Mes spectacles, mes films, ma maison, la façon dont j'élève mes enfants. Je prends très mal quand des détails sont négligés.
 
Je veux vous poser des questions sur l'âgisme dans le monde de la musique. À Hollywood, comme vous le savez, il est rare pour les femmes de trouver de grands rôles à mesure qu'elles vieillissent. J'imagine qu'il est encore plus difficile d'être une femme d'un certain âge dans le monde de la musique pop. Lorsque vous rentrez en studio ou montez une tournée comme Rebel Heart, rester pertinente est-ce une de vos préoccupations ?
Je m'en fous. C'est le reste de la société qui se soucie de ça. Je ne pense jamais à mon âge jusqu'à ce que quelqu'un en dise quelque chose. Je sens que j'ai de la sagesse, de l'expérience, des connaissances et un point de vue qui est important. Un adolescent à t-il cela? Probablement pas. Mais ça va. Je comprends que. «Pertinence» est un slogan que les gens rejettent parce que nous vivons dans un monde plein de discrimination. L'âge est seulement relevé quand il s’agit des femmes. Elle est liée au sexisme, au chauvinisme et à la misogynie. Quand Leonardo a 60 ans, personne ne va parler de sa pertinence. Suis-je pertinente en tant que femme dans cette société qui hait les femmes? Eh bien, pour les gens qui sont éduqués et ne sont pas chauvinistes ou misogynes, oui.
 
Comment vous êtes-vous senti après le résultat de l'élection ?
C’était comme si quelqu’un était mort. Cela ressemblait à une combinaison du chagrin et de la trahison que vous ressentez quand quelqu'un que vous aimez plus que tout vous quitte, ou meurt. Je me sens comme ça tous les matins; Je me réveille et dis: «Oh, attendez, Donald Trump est toujours le président», et ce n'était pas qu’un mauvais rêve. On a le sentiment que les femmes nous ont trahis. Le pourcentage de femmes qui ont voté pour Trump est insensé.
 
Pourquoi à votre avis ?
Les femmes détestent les femmes. C'est ce que je pense. La nature des femmes n'est pas de soutenir d'autres femmes. C'est vraiment triste. Les hommes se protègent, et les femmes protègent leurs hommes et leurs enfants. Les femmes se tournent vers l'intérieur et les hommes sont plus externes. C’est à cause de  la jalousie et une sorte d'incapacité tribale d'accepter que l'un de leur genre pourrait mener une nation. D'autres personnes n'ont pas pris la peine de voter parce qu'ils n'aimaient pas les deux candidats, ou ils ne pensaient pas que Trump avait une chance. Ils ont lâches le volant et la voiture s'est écrasée.
 
Avez-vous été surprise?
Bien sûr. J'étais dévastée, surprise, choquée. Je n'ai pas vraiment passé une bonne nuit de sommeil depuis qu'il a été élu. Nous sommes baisés !
 
Connaissez-vous quelqu'un qui a voté pour Trump?
Ouais, et j'ai eu des arguments majeurs. Qu'ils préféreraient avoir un homme d'affaires prospère qui dirige le pays qu'une femme qui ment. Juste absurde. Mais les gens n'ont pas confiance dans le gouvernement tel que nous le connaissons. Nous vivons dans un pays qui est géré par des banquiers. D'une certaine manière, il est logique que Donald Trump est été élu Président. Parce que l'argent règne. Pas l'intelligence, pas l'expérience, pas une boussole morale, pas la capacité de prendre des décisions sages, pas la capacité de penser à l'avenir de la race humaine.
 
Quelle sera la réponse des artistes?
 J'ai été témoin de nombreuses protestations à Manhattan , Mais à la fin les protestations doivent vouloir dire quelque chose.
 
Pensez-vous être un agent du changement ?
Bien sûr, vous connaissez déjà la réponse. Je cherche quelle sera ma réponse à Trump. J'aime l'idée que les femmes marchent sur Washington, D.C., le lendemain de l'inauguration. Je veux faire pleuvoir sur son défilé. J'ai été mis sur cette terre pour me battre pour l'opprimé et lutter contre  la discrimination.
 
En tant que new-yorkaise, avez-vous jamais rencontré le président élu?
Je ne l'appellerais pas un ami ou quoi que ce soit, mais je l'ai rencontré. J'ai fait une séance photo il ya des années à [Trump's] Mar-a-Lago à Palm Beach [en Floride] pour une campagne Versace. C’est quelqu’un de très sympathique, charismatique avec cette vantardise, et son attitude macho. J’ai trouvé son coté « politiquement incorrect » amusant. Bien sûr, je ne savais pas qu'il allait être candidat à la présidence 20 ans plus tard. Les gens comme ça existent dans le monde, OK mais ils ne peuvent tout simplement pas être chefs d'État. Je ne peux pas le mettre lui et Barack Obama dans la même phrase, la même chambre, la même description de travail. Lorsque vous allez au Malawi, ou voyagez dans le monde, vous devez clairement avoir une idée de comment notre président affecte le globe. Le monde entier rie de nous en ce moment. On n’est plus en mesure de critiquer d'autres gouvernements, d'autres dirigeants.
 
 Qu'est-ce que vous avez appris par votre travail au Malawi?
Cela m'a vraiment ouvert les yeux sur ce qui se passe dans le reste du monde. Ça m'a connecté à des organisations et des ONG [organisations non gouvernementales] dans d'autres pays d'Afrique. J’ai compris l'importance de l'école secondaire pour les filles parce que les filles ne sont pas encouragées à être éduquées en Afrique. Je travaille au Malawi depuis plus d'une décennie. J'ai un énorme engagement et beaucoup d’amour pour le pays et je ne les abandonnerai jamais. J'y ai adopté mes deux enfants et j’ai beaucoup de chance de les avoir avec moi en ce moment. Depuis, je travaille sans relâche à faire du Malawi un pays plus autosuffisant. J'ai été construire des centres de soins pour les orphelins, financer des cliniques et des écoles, et la liste continue. J'ai également soutenu ce chirurgien pédiatrique, Eric Borgstein. C'est un ange réincarné qui a donné sa vie à s'occuper des enfants. Il est infatigable et sans peur et effectue plusieurs interventions chirurgicales par jour dans des conditions des plus difficiles. Je ne pouvais plus le supporter, alors j'ai construit un hôpital. J'ai subventionné la formation d’autres chirurgiens qui peuvent travailler à ses côtés afin qu'il ne fasse pas tout seul. Cette collecte de fonds Art Basec’est de tout cela qu’il s’agit: la création d'une dotation pour l'hôpital avec l'art. C’est par l'art que je m'exprime, et c’est avec  l'art que je peux changer le monde.
 
Sur les réseaux sociaux, vous postez soit sur le Malawi soit sur votre famille.
Ma famille est tout pour moi. Je me battrais pour eux. Tous mes combats je les mène pour mes filles et mes fils. Je veux qu'ils aient un bon avenir. J'ai créé une famille non conventionnelle et nous discutons à table de toutes sortes de choses. Mon fils de 11 ans peut parler de façon éloquente de Malcolm X et Martin Luther King et Nelson Mandela et James Baldwin. Ma fille Mercy joue du piano et peut vous parler de Nina Simone. Je suis vraiment fier de cela.
 
Comment décidez-vous d’inclure ou pas  vos enfants dans vos posts?
Quand je poste quelque chose qui les concernent, ils me donnent la permission. Souvent, ils m'envolent des photos et disent: «S'il te plaît, ne les poste pas», et je ne le fais pas. Ils ont des comptes privés, et je respecte cela. Je considère également mes enfants comme faisant partie de mon travail et du travail que nous faisons ensemble.
 
 Ou en êtes- vous en tant que cinéaste?
Je veux faire plus de films, et je vais faire plus de films. J'ai écrit des scénarios et j'espère les tourner, mais qui sait. Faire des films est très compliqué. Il ya beaucoup de gens impliqués. Quand je pars en tournée, je me dits juste, "OK, je vais en tournée." Mais avec les films, je n'ai pas ce genre de contrôle. C'est beaucoup plus frustrant pour moi.
 
Outre Trump, qu'est-ce qui inquiète Madonna?  D’ailleurs est-ce que tu t'inquiètes pour quoi que ce soit?
Je m'inquiète absolument de tout. Je m'inquiète pour mes enfants toute la journée. Je m'inquiète pour ma santé. Je m'inquiète de savoir si j’aurai le temps de tout faire. Je m'inquiète pour chaque projet sur lequel je travaille. Je m'inquiète de savoir si je vais dormir la nuit. Je me préoccupe de l'état du monde. Il n'y a rien qui ne m'inquiète pas. 





1.Posté par CIRCUS le 14/12/2016 19:49
Elle est tout juste incroyable. Quel joli discours digne d'une très grande artiste.bravo la Madone et toujours très fier d'être fan de toi.

2.Posté par Tristan le 14/12/2016 19:52 (depuis mobile)
Une grande dame, une talentueuse artiste... des erreurs de parcours ou de choix certes mais qui n en fait pas !!! Bravo et merci pour accompagner ma vie... vive madonna, vive les femmes ... ❤️️❤️️❤️️

3.Posté par Groupa le 14/12/2016 21:51
Enfin, elle s'Exprime et donne du sens à l'ensemble de ses Démarches dans une Belle Rétrospective ! Ce discours qui vient du Coeur permet de mieux comprendre ses choix de ses dernières années ! Madonna Lutte ! On t'aime aussi ! ❤️️

4.Posté par houla la téquila ! le 14/12/2016 22:05
Bon alors une ultime fois: est-ce que quelqu'un aime les sushis dans le groupe putain ?!

5.Posté par mus le 14/12/2016 22:30
Comment ne pas adorer cette Artiste?! Mythe vivant !!!!

6.Posté par Xtra le 14/12/2016 23:30 (depuis mobile)
Merci NOM pour ce beau travail de traduction

7.Posté par ledoux le 14/12/2016 23:48
Elle est juste incroyable... je l'admire énormément. Plus de 30 ans de carrière merde c'est pas rien dans la pop!

8.Posté par Les Musicultes De Kevin le 15/12/2016 07:14
Bonjour
Quel beau discours émouvant, j'aime cette Madonna là!

9.Posté par houla la téquila ! le 15/12/2016 10:10
elle a pas dit si elle aimait les sushis..... triste !

10.Posté par Twatwatwa le 15/12/2016 11:20
Moi je dis... Claaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaasse!!!

11.Posté par Damien le 15/12/2016 14:42
Très belle interview, elle prend du recul sur elle même et se voit de façon assez objective, en exprimant ses craintes mais aussi ses buts qui sont moins égoïstes et personnels que ce que l'on entend trop souvent. Ça me rassure et m'apaise de l'entendre parler ainsi.

12.Posté par ledoux le 15/12/2016 19:32
J'adore quand elle revient sur la période "Erotica" et le livre SEX :) Un mal-aimé dans sa discographie mais putain qu'il est bon ce disque! Il est juste mythique! Et le livre en lui-même... wouaahhhh!!! A l'époque un scandale et quand on le regarde aujourd'hui on comprend pas pourquoi tout ce bruit. Bref, je l'admire, toujours droite, toujours là. Allez, je vais me faire le Girlie Show tiens ! ^^

13.Posté par 50cent le 15/12/2016 22:52
il y a 1 erreur sur la période EROTICA ; elle a dit avoir recherché le soutien d'autres femmes oui mais des collegues chanteuses , de ses pairs !

14.Posté par Cyril le 17/12/2016 22:42
Un discours digne de la Madonne avec toute la classe qui va avec, une force de la nature incroyable...Une vraie Madonne qui se joue et surtout qui se nourrit de ceux qui dégueulent sur elle...Les bullshitts du forum se reconnaitront!!!! RESPECT à cette grande artiste

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 19 Mai 2017 - 08:47 Madonna au Portugal

Vendredi 19 Mai 2017 - 08:42 Madonna : La chanteuse la plus riche en 2017


        




News Of Madonna sur Instagram :




Radio 100% Madonna :



Site réalisé par IZZAGAR - infos au 06.64.62.23.46 ou par email izzagar.graphic@gmail.com Facebook : IZZAGAR © 2011 copyright IZZAGAR (textes et photos)